Historique

L’association Arts de Vie a été créée le 7 février 1988 à Annecy par Anne et Bernard Réot qui l’ont animée avec passion

jusqu’à leur départ de Haute-Savoie en 2016.

Bernard a été notre enseignant sans discontinuer pendant 28 ans. Un lien très fort s’est tissé entre ses élèves et lui au fil des années.

Aujourd’hui nous sommes heureux de pouvoir continuer à faire vivre l’association.

Merci à eux.

_____________________________

 

…… Je voudrais aussi parler très simplement du grand plaisir que me procure la pratique du TAIJIQUAN, plaisir physique et mental d’où est absente l’idée de « but » de « réussite ». Être là, tout simplement, et sentir et écouter, se sentir exister un peu plus.

Bernard Réot.

 

Voici un passage du TAO TE KING illustrant bien le TAIJIQUAN.
 

Rien au monde comme l’eau

de plus souple de plus faible

mais pour attaquer le fort

qui sera comme l’eau

le vide en elle la fait changeante

le faible vainc le fort

le souple vainc le dur

nul ne l’ignore qui le pratique.

 

 

La pratique avec Arts de Vie.

 

Outre les effets connus du taijiquan et du qi gong concernant le calme, l'énergie, l'équilibre psychosomatique, etc., il me semble important de parler du plaisir de pratiquer ces techniques ; car si les résultats que je viens d'énumérer sont motivants, ils le seraient moins si le bien-être était absent de l'exercice lui-même. Je ne dis pas que nul effort n'est à fournir mais ce dernier sera plus mental que physique. Il s'agit  de discipline et de présence plus que d'efforts violents. Dans le Taiji Quan on dit "utiliser l'intention (yi en chinois) et non la force musculaire (li)''. Il s'agit en fait d'utiliser rationnellement son énergie.

Oui, pour moi, l'exercice chinois dit "de longue vie" doit être en premier lieu plaisant. J'oserai dire qu'avec le temps les effets attendus au début ne sont qu'un plus. Se sentir évoluer lentement, dans son axe, suspendu entre ciel et terre, les articulations fluides est un plaisir intense sans cesse renouvelé si l'on a une présence affirmée dans le mouvement et un véritable esprit de découverte. Ne rien attendre, simplement faire ce qu'on a à faire, les sens en éveil.

Il est évident qu'un minimum de travail est nécessaire pour arriver à un niveau conséquent de sensations mais dès les débuts nous avons des effets positifs. En effet, une heure ou une heure et demie de mouvements lents,  relaxés mais précis dans un emploi du temps chargé, une vie souvent stressante, sont comme une bouffée d'air frais dans un local surchauffé. Avec une pratique soutenue et assidue (en cours et personnelle) le local devient progressivement moins chaud et plus tard peut-être de température agréable.

Rien n'est plus vraiment pareil.

La transformation est à la hauteur de l'implication.

Bernard Réot,

 

 

 

 

 

  

 

 

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×